Projets de parc éolien au Pays de la Châtaigneraie

Nous avons appris dernièrement que de nombreux projets éoliens se préparent au Pays de La Châtaigneraie (Antigny, St Maurice des Noues, Loge-Fougereuse, Breuil-Barret, St Hilaire de Voust).

En tant qu’habitants de ce secteur, nous avons notre mot à dire.

Vous pouvez faire entendre votre voix en adhérant à L’association Vent de Voust Association s’opposant aux projets éoliens du Pays de la Châtaigneraie et des alentours.

POUR L’ÉCOLOGIE mais CONTRE L’ESCROLOGIE des éoliennes.

Explications :

Sous couvert d’écologie, on s’aperçoit que le développement de ces parcs éoliens cachent bien des surprises. Et, qu’il est surtout très profitable à quelques-uns mais loin d’être profitable à tous.

En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée deux fois le prix des autres énergies. C’est en partie pourquoi ce marché est bien juteux pour ces investisseurs. La gestion est faite par des entreprises étrangères privées qui louent pendant 20 ans (durée de vie d’une éolienne) des terrains agricoles.
D’abord, on peut se demander quel est l’intérêt de louer puisque les terrains ne coûtent pas très chers.
A vrai dire, c’est pour ne pas assumer le démantèlement très coûteux qui est pourtant obligatoire au terme du contrat. A l’issu du bail, ces parcelles deviennent des friches industrielles inexploitables.

Et chacun d’entre nous les finançons sur nos factures d’énergie! Grâce au paiement de la taxe CSPE Contribution au Service Public de l’Électricité qui soutien l’énergie verte des éoliennes.

D’autre part, le bilan carbone des éoliennes est loin d’être neutre. Gaz émis pour la conception, matériaux non recyclables enfouis, quantités d’acier et de béton, transport…
Aujourd’hui, nous avons du recul et on sait parfaitement que la production énergétique de ces aérogénérateurs n’est pas satisfaisante. En effet, les éoliennes fonctionnent par intermittence seulement 25% du temps et pas forcément lorsque nous en avons besoin. Pour exemple, par temps de canicule, nombreuses climatisations sont en route et bien sûr le vent n’est pas au RDV.

L’installation de mâts de 150 à 200 mètres de hauteur et de pales dénature totalement les paysages. De plus, cela dévalorise les biens immobiliers de 20% à 40%. L’impact visuel est très important et ces machines se voient à de nombreux kilomètres à la ronde. Pour exemple, celles de Coulonges sur l’Autize.

L’attractivité du tourisme vert au Pays de La Châtaigneraie et l’installation des nouveaux habitants sont précisément basées sur un atout : la qualité de vie et les paysages préservés. Si ces projets se réalisent, les touristes pourront aisément admirer la présence de ces géants d’acier du haut de la tour Mélusine.
Le département de la Vendée est fier d’être le premier département touristique de la façade atlantique. Bizarrement, je n’ai pas vu d’éoliennes sur les spots publicitaires qui présentent notre belle Vendée « grandiose et intime ».

De plus, la collectivité a investi beaucoup d’argent public pour développer l’astro-tourisme sur notre secteur, retenu pour la qualité de son admirable ciel étoilé.
« Le Chemin aux Étoiles » va-t-il être réduit à proposer un ciel clignotant, jalonné de poteaux d’acier? Est-ce cela que nous souhaitons proposer aux touristes et aux résidents?

L’expérience a montré que les vaches qui pâturent à proximité d’éoliennes produisent deux fois moins de lait et rencontrent des difficultés pour se reproduire. Si les ondes électromagnétiques ont un impact sur les animaux, on est en droit de se demander quels sont les risques pour notre santé. Malheureusement, le gouvernement n’a pas encore commandé d’étude pour démontrer cela…
Et bien, à défaut, il suffit d’écouter les témoignages de résidents, habitant à proximité de parcs éoliens pour comprendre que les dommages sont nombreux. Nuisances sonores, dégradation de la qualité du sommeil, acouphènes, dépression, problème de concentration…
Et ça c’est seulement la face visible de l’iceberg.

Mobilisons-nous pour éviter le pire. La transition énergétique doit passer par des solutions rationnelles, performantes et  innovantes :
Éduquer et faire évoluer les comportements
Réduire les consommations non nécessaires (éclairages nocturnes, veille des appareils électroniques, gestion du chauffage, isolation…)
Développer des bâtiments autonomes en énergie
Investir et soutenir la recherche de solutions alternatives pérennes (pérovskites, stockage de l’énergie produite…)

Ne réduisons pas le bocage Vendéen à cela.

Vous pouvez poster un commentaire ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.